Accueil·Chroniques·Policier/Thriller

La Dame de Reykjavik de Ragnar Jónasson

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.
La perspective de la retraite l’affole. Tout ce temps et cette solitude qui s’offrent à elle, c’est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu’elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.
Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n’a que quinze jours devant elle. Mais l’enquête sur la mort d’Elena, une jeune russe demandeuse d’asile, bâclée par un de ses collègues, va s’avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques ?

Auteur : Ragnar Jónasson

Édition : Editions de la Martiniere

Genre : Islande, Meurtre, Enquete, Demande d’Asile, Suspence…


Je l’avoue, j’ai tout d’abord accepté ce livre pour l’endroit où il se situé , un pays merveilleux qui me fait rêver depuis de nombreuses années . Et je n’ai pas été déçu !

Mon avis:

Hulda, a eu un début difficile, marqué par la solitude .
Devenu inspectrice de police, à une époque où les femmes n’étaient pas si présentes et appréciées dans cet univers , elle a dû mener sa barque seule encore.

Aujourd’hui, elle se retrouve à quelques jours de la retraite, un statut qui lui imposé et dont elle n’est pas encore prête à endosser.
Son chef Magnus, l’autorise à ouvrir, terminer une dernière enquête.

Et c’est vers une autre âme solitaire , une jeune ressortissante russe décédée il y a un peu plus d’un an Elena, que notre inspectrice va porter son choix.

Je ressors de cette lecture, frissonnante, Ragnar Jónasson a su me plonger dans son pays à travers brume, vent, neige, mais également dans son histoire toute aussi dur!

À travers un récit qui mélange passé et présent, on apprend à découvrir notre protagoniste mais également notre victime.

Et je dois vous avouer que je n’étais pas toujours en accord avec Hulda ou pas, car sa situation bien que tragique, par exemple cette vieillesse non-assumée, le moment ou nous, femme et même homme sommes relégués, remplacé comme si nous n’avions jamais exister , ah! que l’oublie est simple et nous fait souvent effacer ces personnes avant nous qui était finalement si peu de temps à la même place que la nôtre .

Grace au déroulé chronologique que l’auteur met en place dans son récit, on en apprend et comprend plus sur l’inspectrice, ce qui nous permet également de comprendre et d’analyser comme logique la fin de ce roman.

Et je dois bien avouer qu’en terminant La dame de Reykjavik, j’ai eu très envie de lire le second tome de cette trilogie avec L’ile au diable .

Bon, j’ai également besoin de souffler un peu entre deux car c’est un roman noir, dense, haletant comme, avouons-le, je les adore!

Je vous souhaite une bonne lecture.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s